Merci Pierre !

Rosay-1Elle est décédée depuis 2008, et pourtant Pierre Rozay voudrait rendre un ultime hommage à celle qu’il considère toujours comme une oubliée de la Résistance.

Pour cela, il a décidé de faire apposer une plaque sur la maison de sa famille, pendant l’Occupation, rue Jean-Jacques Rousseau à Montmorency. Les propriétaires actuels n’y sont pas hostiles et pour lui ce serait l’ultime chance de faire reconnaître les actes de courage de Renée Streit, son épouse, qui a pris part à la Résistance en aidant une jeune juive à échapper à une rafle, servant d’agent de liaison, couvrant de jeunes résistants traqués…

Parcours historique

De double nationalité franco-Suisse, la famille Streit était installée à Montmorency depuis 1936. Leur fille Renée, alors âgée d’une trentaine d’années, a profité de la neutralité helvétique pour aider la Résistance française.

On lui doit notamment des actions clandestines dès 1941, qu’elle cachait à ses parents. « Après la guerre, elle n’en a plus parlé, mais les faits sont connus.

Elle a ainsi croisé d’autres jeunes de Montmorency, engagés dans l’action, comme Roger Levanneur et l’étudiant Lalay, qui furent exécutés », assure Pierre Rozay, son époux. « Si elle n’avait pas œuvré dans ce sens pourquoi a-t-elle fini dans le bureau d’un officier de la Wehrmacht, qui avait convoqué son père ? », s’interroge-t-il encore.

Pierre-Pozay-Streit-630x0

« C’était aux Andelys, à la suite d’une dénonciation, comme c’était souvent le cas dans le climat de l’époque, l’officier leur a demandé pourquoi monsieur Streit employait autant de jeunes dans ses exploitations forestières. Il a ensuite sorti une lettre anonyme de dénonciation. “ – Que dois-je en faire ?” avait dit l’Allemand ? », détaille Pierre Rozay.

Celle qui allait devenir son épouse dix ans plus tard, avait alors rétorqué : « “- Il y a là un beau feu de cheminée, brûlez-la ! ”» et l’officier s’exécuta. L’affaire s’arrêta là, jusqu’au moment de la Libération de Paris.

Le père et la fille reprirent de l’activité en mettant, à disposition d’un groupe de FFI leur véhicule, un des rares alors autorisé à circuler, contribuant ainsi à informer les troupes du général Leclerc qui allaient libérer Enghien-Montmorency.

Après la guerre, elle n’a plus fait état de ses services dans la Résistance, elle a simplement repris sa passion pour la peinture.

Une exposition de ses œuvres est à la Mlc. à Montmorency 

Et ne pas oublier  Pierre Rozay, qui toujours parmi nous, permets de perdurer nos valeurs. Si vous discutez avec lui, c’est l’histoire, la vraie, qui ressurgit,

Merci Pierre,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s