ÉNERGIE – l’impact est limité

ÉNERGIE – Si le régime actuel du passage à l’heure d’hiver est bien intégré dans nos sociétés, son impact est limité…

L’hiver approche, le soleil se couche de plus en plus tôt, les températures diminuent. C’est le moment de passer à l’heure d’hiver. Ce dimanche, à 3h du matin, il sera 2h. N’oubliez donc pas de retarder votre montre.

Le but: économiser le plus d’énergie. Mais l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) constate que l’impact du changement d’heure en termes d’économie d’électricité reste modeste, pour un coût quasi-nul de mise en œuvre. Il vient plutôt s’inscrire dans un ensemble de mesures nationales et individuelles en faveur des économies d’énergie. Une majorité des Français déclarent d’ailleurs faire attention à leur consommation d’énergie pour des raisons avant tout financières, la motivation environnementale comptant pour 50%.

Une heure de gagnée, impact limité

Tout ceci vise à gagner une heure de lumière naturelle et à accorder notre vie sociale au rythme du soleil. Ainsi, notre vie commence quand le soleil se lève entre 8 et 9h durant l’hiver. Si nous ne changions pas d’heure, nous devrions éclairer jusqu’à 10h tous les matins. S’il fait jour plus tôt, cela permet à EDF de réaliser des économies d’énergie et aux ménages des économies d’argent. Selon l’Ademe, les économies réalisées en électricité sont estimées à 440 GW/heure sur l’année, soit l’équivalent de la consommation en éclairage de 800.000 ménages. «440 sur les 513.000 GWh consommés, soit 0,1%», tempère La Méridienne, association pour le rétablissement de l’heure méridienne.

Il reste en effet difficile de remarquer une diminution sur la courbe de la consommation car elle augmente avec l’arrivée du froid et la baisse de la luminosité. Le passage à l’heure d’hiver amplifie la déformation de la courbe de consommation en avançant brutalement la pointe de consommation du soir. Mais comme les ménages consomment moins le matin, la balance s’équilibre.

Vers une remise en cause du régime?

Le gain réalisé sur l’éclairage gagné grâce au changement d’heure diminue au fil des années. Tout d’abord, les équipements ont évolué avec l’introduction progressive des lampes basse consommation, des leds ou encore l’éclairage public réglé sur la nuit solaire. Les foyers ont en outre de plus en plus d’équipements de loisirs (tablettes par exemple) dont la consommation n’est plus impactée par le passage à l’heure d’hiver.

L’Ademe prévoit qu’en 2030, à la faveur de la pénétration de technologies d’éclairage performantes dans le logement, le gain sera de 340 GW/h. A cela, ajoutez une population de plus en plus sensible aux gestes responsables comme éteindre la lumière dans les pièces inoccupées et les appareils en veille, user avec raison du chauffage électrique et des appareils électroménagers. De là à remettre en cause notre changement d’heure biannuel?

Selon une étude réalisée par Médiaprism pour le mensuel 60 millions de consommateurs, publiée ce jeudi, la note ne cesse de toute façon pas de s’alourdir pour les consommateurs d’électricité, de gaz et de fioul. La facture de gaz aurait progressé de 80 % depuis 2005. Les Français dépensent, en moyenne, 1.087 euros par an pour se chauffer, selon une récente étude réalisée par l’Ifop.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s