Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer

journee-mondiale-alzheimer-2013

En France aujourd’hui, on estime à 1 million le nombre de malades souffrant d’Alzheimer.

Compte tenu de l’accroissement de la durée de vie, ils devraient être deux fois plus d’ici à 2020 ! Cette journée de mobilisation internationale a pour but de répondre aux enjeux de ce problème de santé publique mais surtout, de réfléchir aux moyens d’améliorer la vie des personnes malades et de leurs aidants.

Après l’annonce du diagnostic, l’enjeu est d’accompagner la personne malade et ses proches pour leur permettre de réorganiser une vie possible malgré la maladie.

Plusieurs événements sont organisés aujourd’hui dans tout l’hexagone, pour permettre de sensibiliser et d’informer sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées.

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer

Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer repose à la fois sur l’interrogatoire de la personne, sur les tests des fonctions intellectuelles et sur des examens complémentaires.

Le rôle du médecin généraliste dans le diagnostic d’Alzheimer

Face à un patient âgé qui se plaint de troubles de la mémoire ou d’autres problèmes des fonctions intellectuelles, le médecin généraliste l’interroge tout d’abord pour savoir quand et comment se manifestent ces problèmes. Il effectue un examen clinique et prescrit différents examens complémentaires (par exemple une prise de sang) pour s’assurer que ces symptômes ne sont pas dus à une autre maladie : par exemple, un problème de thyroïde, une insuffisance rénale, un diabète de type 2, une anémie, etc.

Il va également rechercher des signes de dépression qui pourraient expliquer les troubles cognitifs (voir encadré). Si les tests sont normaux, il adresse son patient à un médecin spécialiste, neurologue, psychiatre ou gériatre.

La consultation spécialisée dans le diagnostic d’Alzheimer

Le médecin spécialiste va pratiquer un entretien avec le patient, en présence d’un proche. Puis il va lui faire subir un examen clinique approfondi et une batterie de tests psychométriques, dont le MMSE : c’est la « consultation Mémoire » qui fait souvent appel à une équipe pluridisciplinaire (neurologue, psychiatre, gériatre, orthophoniste, etc.). Il prescrit également des examens complémentaires de type scanner, IRM ou PET Scan pour évaluer l’état du cerveau et rechercher d’autres causes possibles : tumeur, hématome, séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC), etc.

En cas de doute, les tests seront renouvelés six à douze mois plus tard pour mesurer l’évolution de l’état du patient. La recherche s’oriente actuellement vers des tests plus précoces de la maladie d’Alzheimer. Par exemple, à partir d’une prise de sang ou d’une ponction lombaire (prélèvement d’un peu du liquide dans lequel baignent le cerveau et la moelle épinière). Ces tests sont encore expérimentaux mais pourraient bientôt être disponibles.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s